7 bonnes raisons de manger des fruits et légumes bio

7 bonnes raisons de manger bioAlors que je pelais quantité de pommes pour la charlotka, je suis tombée sur un communiqué qui m’a fait sourire : l’Association nationale Pomme Poire a attaqué Greenpeace en justice parce que l’ONG a intitulé un rapport « Pommes empoisonnées ». L’association ne conteste pas les faits (présence de nombreux pesticides dans des vergers qui fournissent la grande distribution)… mais considère que Greenpeace dénigre la pomme ! A quand le procès des Frères Grimm et de Walt Disney pour leur odieux « apple bashing » dans Blanche Neige ?

Cette anecdote a été le point de départ d’une réflexion autour des raison pour lesquelles j’essaie de manger et de cuisiner des végétaux issus de l’agriculture biologique. Cela fait des années maintenant que j’utilise des produits bio, à tel point que c’est devenu une évidence pour moi. Il m’a semblé intéressant de me pencher sur le pourquoi.

Voici donc un article et une infographie pour partager avec vous les raisons qui me poussent à cuisiner des fruits et légumes bio (mais aussi des céréales, des légumineuses).

Pourquoi manger des fruits et légumes biologiques ?

Quelques explications et définitions préalables :

  • La réglementation de l’Agriculture Biologique en France interdit l’usage d’engrais et de pesticides de synthèse et d’organismes génétiquement modifiés (OGM).
  • Un pesticide est une substance utilisée contre les parasites végétaux, animaux et microbiens des cultures. Le terme recouvre les fongicides, bactéricides, herbicides et autres insecticides.
  • L’agriculture conventionnelle est le modèle dominant d’agriculture et qui a recours de manière plus ou moins intensive aux intrants chimiques (engrais et pesticides).

 

Raison #1 : parce que c’est (sans doute) meilleur pour la santé de celui qui les mange

manger_bio1

Il est difficile de mettre en lumière les effets de l’alimentation biologique sur notre santé. Néanmoins, les études existantes montrent que les fruits et légumes bio ont bel et bien des choses en plus – et des choses en moins – qui laissent présager des effets bénéfiques :

Ce que les plantes bio ont en plus

Les plantes bio sont plus riches en anti-oxydants que celles issues de l’agriculture conventionnelle. Or les anti-oxydants jouent un rôle protecteur contre tout un tas de maladies.

Ce que les plantes bio ont en moins

Si l’on a coutume de dire que « ce qui ne tue pas rend plus fort », l’hypocondriaque que je suis n’est pas à l’aise à l’idée d’ingérer des substances susceptibles de provoquer cancers, troubles de l’attention et autres joyeusetés, même en quantités infinitésimales.

Les études montrent qu’on retrouve moins – voire pas du tout – de métaux lourds, nitrates et pesticides dans les fruits et légumes bio que dans leurs équivalents conventionnels.

 

Raison #2 : parce que c’est meilleur pour la santé des agriculteurs

manger_bio2

Dans la suite logique de la raison #1, je suis plus à l’aise de savoir que ceux qui produisent ce que je mange n’ont pas à manipuler de substances toxiques.

 

Raison #3 : parce que c’est meilleur pour la qualité de l’eau

manger_bio3

Les pesticides ou engrais qui ne sont pas absorbés par les plantes, se retrouvent tôt ou tard dans les nappes phréatiques et finissent donc dans nos carafes d’eau ou l’eau de cuisson de nos aliments.

C’est pourquoi dans les différents bassins hydrographiques français sont encouragées les pratiques agricoles les plus à même de préserver la ressource en eau. Par exemple, la régie Eau de Paris qui gère l’approvisionnement en eau de la capitale soutient le développement de l’agriculture biologique dans les aires d’alimentation des captages de l’eau distribuée aux Parisiens.

 

Raison #4 : parce que c’est meilleur pour la biodiversité et les sols

manger_bio4

L’agriculture intensive, privilégiant la monoculture et l’usage des pesticides, appauvrit les sols. En supprimant les parasites nuisibles aux cultures, elle tue également les bactéries, champignons et autres animaux qui vivent dans le sol et lui permettent de se régénérer, en transformant la matière organique notamment. Idem pour les insectes pollinisateurs qui vivent à proximité des cultures, notamment les abeilles, très sensibles à certains types de pesticides.

Est-ce vraiment grave ?

La biodiversité n’est pas juste un grand mot, elle est simplement nécessaire pour que nous puissions continuer à manger. Il ne s’agit pas de préserver coûte que coûte les petites bêtes, mais d’assurer la pérennité des sols, qui sans cela sont plus sensibles à l’érosion, au lessivage et risquent de disparaître ou de devenir totalement improductifs à terme.
Pour les abeilles, je vous invite à lire cet article-ci ou encore celui-là de pour avoir une petite idée leur rôle dans notre alimentation.

A noter que les agriculteurs conventionnels sont également incités à faire des efforts dans pour protéger la diversité : rotation des cultures, zones fleuries autour des champs, utilisation des insectes auxiliaires, etc.

Raison #5 : pour ne pas cautionner les pratiques des producteurs de semences OGM

manger_bio5

Une bien belle raison à vrai dire, car elle concerne à la fois la pollutions des cultures, de l’eau, la biodiversité et l’éthique

La principale modification génétique agricole exploitée à travers le monde consiste à rendre le soja, le maïs et le blé notamment, résistants à un herbicide total – le glyphosate. A première vue, c’est une très bonne idée qui aurait du permettre de diminuer le nombre de traitements herbicides.

En réalité le caractère génial de cette idée est plutôt à chercher du côté du marketing : les agriculteurs achètent les graines de plantes résistantes et l’herbicide (le round-up) au même fabricant (Monsanto) dont ils sont alors totalement dépendants auquel ils doivent racheter des semences chaque année.

Accessoirement, les mauvaises herbes sont elles aussi devenues résistantes au glyphosate qui a été classé récemment cancérigène probable !

 

Raison #6 : parce que c’est meilleur pour le climat

manger_bio6

L’agriculture biologique fixe plus de carbone dans le sol et émet moins de gaz à effet de serre puisqu’elle n’utilise pas d’azote de synthèse qui dégage du protoxyde d’azote (N202 pour les intimes) qui est un gaz à effet de serre trois fois plus puissant que le dioxyde de carbone (CO2).
Elle évite aussi les rejets de CO2 inhérents à la production des engrais azotés minéraux, non négligeables.

Cela va au-delà des végétaux, puisque la fixation accrue de carbone est surtout le fait des prairies utilisées comme pâturages pour les ruminants bio.

 

Raison #7 : pour enclencher le cercle vertueux en faveur d’une agriculture durable

manger_bio7

D’une part, la demande croissante de produits issus de l’agriculture biologique incite les producteurs à convertir leurs exploitations ou à s’installer en bio en leur assurant des débouchés.

On favorise également la recherche agronomique pour que l’agriculture bio devienne plus performante tout en conservant ses atouts pour la santé et l’environnement.

D’autre part, je suis convaincue qu’en consommant bio, on envoie un signal à toute la filière agricole pour qu’elle s’engage dans une voix plus respectueuse de l’environnement à défaut de renoncer totalement aux pesticides et engrais de synthèse.

 

Voilà, nous arrivons au terme de ma liste de bonnes raisons de manger et cuisiner des produits biologiques.  Je vous remercie d’avoir lu jusque-là. Vous l’aurez compris à la lecture de ce post, acheter, cuisiner et manger bio est pour moi un moyen important d’avoir un impact fort sur l’environnement.

Je suis très intéressée pour connaître vos propres motivations pour manger bio ou pas. N’hésitez pas à partager votre point de vue sur le sujet dans les commentaires ou sur les réseaux sociaux !

L’infographie et les différentes illustrations vous ont plu ? N’hésitez pas à la réutiliser en faisant un lien vers cet article !

4 réflexions au sujet de « 7 bonnes raisons de manger des fruits et légumes bio »

  1. Del's cooking twist

    Très bel article, super bien fait et illustré et très agréable à lire.

    Enfin plus que tout, je suis totalement d’accord avec le dernier point « D’une part, la demande croissante de produits issus de l’agriculture biologique incite les producteurs à convertir leurs exploitations ou à s’installer en bio en leur assurant des débouchés. » Cela va prendre beaucoup de temps de pouvoir responsabiliser et inciter l’agriculteur à recourir à des méthodes d’agriculture biologique, au moins pour partie de son exploitaton. Beaucoup d’incitations financières pour une agriculture « raisonnée » les retiennent souvent à s’y lancer vraiment, et cela prendra beaucoup de temps avant que les mentalités ne changent. Mais on y viendra, petit à petit, de plus en plus :)

    Quant à l’alimentation Bio à proprement parler, j’essaie autant que possible également, pour les mêmes raisons que tu as évoquées ! Allez hop, je m’en vais partager cet article sur Twitter, ce serait dommage de passer à côté !

    Répondre
    1. Jessica Kroon

      Merci Delphine. Tes compliments me font bien plaisir car le thème de cet article me tient vraiment à cœur. Je suis contente aussi de voir que les choses changent lentement mais sûrement. J’ai grandi à la campagne et je suis contente de voir dans ma région d’origine, un coopérative laitière se mettre au bio et même mon cousin agriculteur faire des essais de culture sans traitement associant légumineuse et céréale !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *