Rencontre avec un apiculteur urbain

Miel_Hotel_ParticulierLors de ma quête d’ingrédients de la Région pour les semaines du Manger local en Île-de-France, j’avais cherché du miel de Montmartre, mais je n’avais pas eu le temps de m’en procurer et je m’étais donc rabattue sur le miel Béton de Saint-Denis.

Depuis, j’ai pu rencontrer un heureux apiculteur Montmartrois, Oscar Comtet.

Oscar dirige l’Hôtel Particulier Montmartre, un endroit très agréable entre l’avenue Junot et la rue Lepic, dans le 18ème arrondissement de Paris au calme, au beau milieu d’un (grand) jardin. La « campagne à Paris » suivant l’expression consacrée des agents immobiliers – expression un poil tirée par les cheveux pour qui vit / a vécu dans une  campagne… disons, un peu plus reculée. Mais il faut reconnaître que les abeilles, le compost et les poules Marie et Antoinette donnent un air très bucolique au Passage de la Sorcière.

 L'Hôtel Particulier Montmartre

Crédit photo : L’Hôtel Particulier Montmartre

Comme l’agriculture urbaine me passionne, (autant que les gaufres et l’houmous, c’est vous dire) c’est avec beaucoup d’intérêt et une pointe d’envie – 900 m2 de jardin, quand même – que je me suis rendue la semaine dernière à l’Hôtel et que j’ai eu l’occasion d’en apprendre un peu plus sur les abeilles en général et sur l’apiculture à Paris en particulier.

  • Happy-culture urbaine

L’abeille urbaine a une nourriture variée…

Dans les parcs, les jardins, sur les balcons, toutes les fleurs sont bonnes à butiner. A l’Hôtel Particulier, elles se régalent des fleurs des acacias du jardin, de lierre, des tilleuls de l’avenue Junot, et même des plantes exotiques que les habitants du quartier ramènent parfois de leurs périples.

… Et plutôt moins polluée qu’à la campagne

C’est la bonne surprise : il semblerait que le miel de Paris contienne très peu de métaux lourds, pour peu que l’apiculteur mette de l’eau pure à disposition de ses abeilles. Sinon les abeilles s’abreuvant des eaux de ruissellement des toitures sont plus exposées aux métaux lourds. De plus, les espaces verts étant désormais cultivés sans engrais ni pesticides, le miel urbain récolte encore quelques bons points.

Cela tombe bien car on voit se multiplier les ruches tant sur les édifices publics : les toits de l’Opéra, la château d’eau de Montmartre, le Carreau du Temple, dans les parcs : au jardin du Luxembourg, au parc Georges Brassens que chez les particuliers. A Paris, il y a 300 ruches déclarées auprès de la Préfecture de Police et il y aurait plus d’une centaine essaims sauvages.

  • Le rucher : un élevage comme les autres ?

Je pensais jusque-là que les abeilles échappaient à la logique productiviste et que les apiculteurs, gentils bisounours du monde moderne se contentaient de prélever le surplus de miel que les abeilles avaient la bienveillance de leur laisser. Mais comme pour les autres animaux, cohabitent des pratiques artisanales et/ou extensives, et d’autres plus intensives, plus ou moins respectueuses du bien-être animal et de l’environnement.

A l’Hôtel Particulier, Oscar récolte le miel une fois par an, au printemps et laisse aux abeilles le miel produit l’été pour qu’elles passent l’hiver dans de bonnes conditions.

Ruches Warré

Mais pour obtenir des rendements plus importants, certains apiculteurs font une récolte supplémentaire et donnent aux abeilles un sirop à base de sucre, d’eau et d’autres additifs en lieu et place du liquide doré pour passer l’hiver.

J’ai appris au passage que les abeilles n’hibernent pas mais passent l’hiver éveillées toutes occupées à maintenir une température constante dans la ruche, d’où l’importance des réserves de miel pendant la saison hivernale.

Merci à Oscar pour ses explications qui m’ont permis d’en savoir un peu plus sur l’apiculture, le miel et les abeilles. C’est toujours très instructif de savoir comment sont produits les aliments qui finissent dans nos assiettes.

Enregistrer

2 réflexions au sujet de « Rencontre avec un apiculteur urbain »

  1. DURAN Frederic

    Bonjour et MERCI pour cet article
    Je partage mon temps entre Montmartre et la Thailande
    et suis un passione d apiculture
    et surtout un grand consommateur au quotidien
    bien a vous et surtout protegeons les Abeilles
    Fred

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *