Rencontre avec Clara, fondatrice de « Oh la vache ! »


Rencontre avec Clara fondatrice de « Oh la Vache ! » qui propose des séjours en immersion à la ferme

Je suis née et j’ai grandi à la campagne. J’ai à la fois adoré et détesté ça. J’ai adoré pouvoir aller me balader dans les bois, cueillir des champignons, des mûres, aller me servir au potager pour cuisiner, aller ramasser les œufs, nourrir les moutons. J’ai beaucoup moins aimé (euphémisme) être ado loin de tout : ciné, copains, café…

Aujourd’hui je mets de la campagne dans la ville mais j’adore retourner à la campagne pendant les vacances. Je me délecte de tout : les odeurs, les plantes, les animaux, les cueillettes… Qui sait peut-être qu’un jour je retournerai même y vivre.

Alors forcément une entreprise qui organise des séjours à la ferme pour mettre la main à la pâte et découvrir le travail de ceux qui nous nourrissent ça me parle beaucoup.

J’ai donc rencontré Clara la fondatrice de « Oh La Vache ! » pour qu’elle m’en dise plus sur cette belle idée et sa concrétisation.

Comment est née l’idée de « Oh la Vache ! » ?

Clara est née et a, elle aussi, grandi à la campagne dans le Pas-de-Calais où ses grands-parents étaient agriculteurs. Lorsqu’elle a eu l’âge de quitter sa famille, elle fut ravie de s’installer en ville. Avant de fonder « Oh la vache ! » elle a vécu 4 ans à Berlin. C’est là-bas qu’elle a eu envie de se reconnecter à la nature et qu’elle est partie faire du Woofing dans une ferme dans le Brandebourg.

A son retour, elle est enchantée et en parle autour d’elle. Ses amis trouvent cela très chouette : faire quelque chose de ses 10 doigts et découvrir le travail d’une ferme, l’idée plaît bien aux citadins. Mais, pour eux, le format du woofing de quelques semaines est un peu long. C’est alors que Clara a l’idée de proposer de courts séjours en immersion à la ferme. Elle rentre alors en France pour mettre en œuvre cette idée.

« Oh la Vache ! », c’est pour qui ?

« Oh la vache ! », c’est pour tous ceux qui ont envie d’une incursion dans le monde rural, de se connecter à la nature et d’apprendre à faire avec les agriculteurs : soigner les animaux, cultiver des légumes, transformer le lait, tailler des vignes, cueillir des plantes sauvages et préparer des tisanes et bien d’autres choses encore.

Bref, on rompt avec le train train quotidien de la ville mais pas question de passer le week-end sous la couette ou dans la chaise longue. L’idée c’est de prendre part aux travaux de la ferme et d’échanger avec l’agriculteur.

Concrètement, parmi les participants des séjours « Oh la vache ! » il y a des familles : des parents avec leurs enfants ou des grands-parents avec leurs petits-enfants mais aussi beaucoup de couples qui s’offrent ce cadeau. Il y a 2 ou 3 générations tout le monde avait des attaches à la campagne et certains veulent transmettre cela à leur enfants ou petits-enfants.

Certains ont une idée de changement de vie à plus ou moins long terme et le séjour est une amorce de réflexion pour une reconversion. Mais souvent c’est avant tout l’expérience enrichissante qui attire les participants. Avec « Oh la vache! » on peut s’occuper de vaches, de poules et d’oies dans l’Orne, traire les vaches ou faire du fromage dans la Manche, s’initier au maraîchage bio dans les Yvelines ou devenir Vigneron bio dans le Languedoc le temps d’un week-end.

On imagine qu’il n’y a que des citadins en manque de nature pour faire ce genre d’expérience or il n’en est rien. Parmi les participants on trouve aussi des ruraux non agriculteurs qui ont envie de découvrir le travail de leurs voisins. Clara a même organisé un séjour pour un couple d’agriculteurs conventionnels proches de la retraite qui voulaient voir le fonctionnement d’une ferme bio !

Qui sont les agriculteurs partenaires de « Oh la vache ! » ?

Petit à petit les partenariats avec les agriculteurs se nouent à travers la France.

Beaucoup des agriculteurs partenaires de « Oh la vache ! » sont engagés dans une agriculture responsable – même si tous n’ont pas le label bio – et ils ont des activités diversifiées : élevage, cultures, transformation de leur production.

Mais surtout, tous ont une vraie appétence pour partager leur métier avec des néophytes et beaucoup pratiquent déjà la vente à la ferme.

Bref ils sont vachement sympas et prêts à montrer comment traire une chèvre, faire un fromage ou cultiver des carottes.

Pour les agriculteurs, « Oh la vache ! » est un complément de revenu bienvenu. Parfois même Oh la vache ! leur permet de passer une période difficile. C’est le cas de Lucille. Quand beaucoup de ses chèvres sont tombées malades et sa production de fromage a chuté, les séjours Oh la vache ! lui ont apporté de quoi rester à flot financièrement et l’intérêt des visiteurs pour son métier fut aussi un grand réconfort.

Au moment où on parle beaucoup d’agribashing et de rupture entre le monde agricole et le reste de la société, Oh la vache ! permet de renouer ou de créer des liens qui font autant de bien aux producteurs qu’aux citadins.

Comment se déroule un séjour « Oh la Vache ! » ?

« Oh la vache ! » n’est pas une simple plateforme de mise en relation comme Air BnB.

Le séjour est bien cadré en amont avec le producteur. Clara et son équipe s’assurent qu’il ou elle est dans une logique de partage avec des néophytes et qu’elle a envie de montrer concrètement son métier et de partager son savoir-faire. Elles veillent aussi à bien préciser les conditions d’hébergement pour qu’il n’y ait pas de mauvaise surprise.

De même, l’équilibre entre vie de la ferme et temps de repos pour les participants est prévu à l’avance – mais il n’est pas non plus figé : si la mayonnaise prend entre le producteur et ses visiteurs, ils peuvent aller au-delà du programme prévu.

En ces temps où les agriculteurs souffrent de déconnexion avec le reste de la société, « Oh la vache ! » propose aux citadins de se rapprocher deux qui produisent nos aliments  : de comprendre comment on cultive ou on élève et on transforme les produits de la ferme en étant proche de la nature et en mettant la main à la pâte. Une bien belle idée de cadeau à offrir ou à s’offrir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *