Que faire en septembre au potager de balcon ?

La check-list des tâches à faire en septembre, mois de transition au potager de balcon.

En septembre, c’est encore dans l’abondance des récoltes estivales mais on prépare aussi la saison froide au potager de balcon en semant des plants et des variétés adaptées pour les mois à venir. C’est aussi le moment de reproduire certaines plantes aromatiques en les bouturant.

Que semer en septembre au potager de balcon ?

Vous pouvez semer directement dans vos conteneurs à l’extérieur les plantes comestibles suivantes :

  • Légumes feuilles : chicorée (scarole ou chicorée d’hiver), choux de chine (pak choi ou pe tsai), chou kale, pourpier d’hiver (claytone de Cuba), cresson alénois, laitues (variétés d’hiver), mâche, moutarde de Chine, mizuna, roquette.

  • Légumes racines / bulbes : navet, radis de tous les jours(ronds ou longs), carottes (marché de Paris, demi-courte obtuse de Guérande), oignons d’hiver (blanc de Paris)

  • Herbes aromatiques : cébette, ciboule, ciboulette, persil, cerfeuil

  • Fleurs comestibles : capucine, coquelicots

Jusqu’à mi septembre, vous pouvez aussi semer des engrais verts fixateurs d’azote comme la féverole d’hiver, le pois fourrager; le trèfle blanc, incarnat ou rouge ou encore la vesce de Cerdagne.

Que planter en septembre au potager de balcon ?

C’est le moment de planter des fraisiers ou de les multiplier si vos fraisiers existants ont fait des stolons, vous pouvez mettre des pots remplis de terreau sous les  rosettes de nouvelles feuilles de fraisiers. La marche à suivre est expliquée ici en suivant la méthode « avec des pots ». Si vous ne voulez pas de nouveaux pieds, il faudra supprimer les stolons.

Vous pouvez planter des aromatiques achetées en godets ou en pots ainsi que des salades d’hiver : laitues et chicorées et même des caïeux de poireaux perpétuel.

Et enfin c’est aussi le bon moment pour faire des boutures de certaines aromatiques

Faire des boutures d’aromatiques pour votre potager de balcon

Pourquoi faire des boutures et en quoi ça consiste ?

Le bouturage est la reproduction d’une plante à partir d’un fragment d’une autre plante : on prélève un fragment de la plante mère et en le plaçant dans des conditions spécifiques, ce fragment va produire des racines et produire à son tour une plante avec les mêmes caractéristiques que la plante mère. Bref, c’est un clone.

L’intérêt de faire des boutures – pourquoi faire des boutures ?

  • Faire des boutures, c’est économique en comparaison avec l’achat d’une plante en pot.
  • Cela permet aussi de cultiver des variétés plus rares que celles qu’on l’on trouve généralement en pot dans le commerce.
  • Faire une bouture permet d’obtenir plus rapidement un plante aromatique utilisable que via semis : on obtient de jolis pieds en un peu moins d’un an.
  • C’est aussi un moyen pour remplacer une herbe aromatique devenue trop volumineuse pour votre petit balcon !
  • Et pour les fans de botanique / jardinage, c’est aussi une expérience intéressante en soi de cloner une plante.

Quelles plantes aromatique peut-on bouturer en septembre?

De fin juillet à septembre, on peut bouturer l’estragon, la sauge, le romarin, l le laurier, mais aussi la verveine citronnelle

Plus tôt (en juillet) on peut faire de même avec  la lavande, le thym et au printemps avec la sarriette.

Quel matériel faut-il pour faire des boutures de plantes aromatiques ?

  • un sécateur propre et bien aiguisé. Vous pouvez le nettoyer à l’alcool avant utilisation et entre chaque plante que vous allez couper pour éviter les contaminations.

  • Un pot ou une terrine de 20 cm de profondeur environ.

  • Idéalement, du terreau spécial semis / bouturage, il s’agit d’un mélange stérile et très léger qui permet aux boutures de faire des racines facilement (elles ne rencontrent pas d’obstacle dans le substrat et ne risquent pas d’attraper de maladie, alors même qu’elles sont fragiles). a défaut du terreau utilisable pour le potager.

  • Une bouteille plastique ou un sac en plastique transparent et dans ce cas du fil de fer pour faire des arceaux ou bien des morceaux de bois fins de 25-30 cm comme des baguettes à manger.

Comment faire des boutures ?

Étape 1 : trouver le pied mère et prélever des rameaux

Le pied mère doit être une belle plante en bonne santé, avec toutes les caractéristiques intéressantes de son espèce. Ouvrez l’œil, ça peut être chez un voisin, un ami, dans la campagne.

Repérez les rameaux qui ont poussé dans l’année et qui on commencé à faire du bois. On dit qu’ils sont semi-aoûtés ou semi-ligneux : la partie basse du rameau ressemble à du bois, plus haut, la tige est plus tendre;

A l’aide du sécateur, prélevez plusieurs de ces rameaux semi-ligneux de 10 à 15 cm de hauteur. Taillez-les en biseau au-dessus d’un nœud (c’est-à-dire un point d’attache d’une ou plusieurs feuilles)
Le taux de réussite des boutures étant aléatoire suivant les espèces, je vous conseille de faire au moins 5 boutures de chaque plante. Si elles réussissent toutes, vous pourrez les offrir autour de vous.

Je vous conseille de mettre les rameaux dans l’eau immédiatement après les avoir coupés, le temps de les ramener chez vous pour les mettre à bouturer.

Étape 2: préparer le rameau à bouturer

On appelle cela habiller la bouture, mais il serait plus logique de dire qu’on la déshabille puisqu’on enlève un maximum de feuilles.
En effet, c’est le moment d’ôter la plupart des feuilles le long de la tige de chaque rameau et de ne laisser que les feuilles à l’extrémité du rameau. S’il y a des fleurs, il faut les couper pour que la plante puisse se concentrer sur la fabrication de racines. On peu même couper les plus grosses feuilles à moitié (pour la sauge par exemple)

En ôtant des feuilles, on va limiter l’évaporation et le rameau va pouvoir se concentrer sur la production de racines.

Pour faciliter la production de racine, vous pouvez également tremper les rameaux dans de l’hormone de bourturage.

Étape 3 : planter le rameau à bouturer

  • Préparez un pot ou un terrine 20 cm de profondeur.
  • Vous pouvez mettre une couche drainante d’1 cm ou 2 dans le fond (billes d’argile ou pouzzolane), puis ajoutez le terreau de bouturage.
  • Enfoncez alors le rameau « habillé » sur les 2/3 de sa longueur dans le terreau.
  • Vous pouvez placer plusieurs boutures dans un même contenant le temps qu’elles « prennent ».
  • Arrosez abondamment.

Étape 4 : mettre la bouture à l’étouffée

Pour bien maintenir l’humidité, on peut mettre les boutures sous cloche ou à l’étouffée avec par exemple une bouteille d’eau ou un sac plastique transparent posé sur des arceaux en fil de fer ou maintenu par des baguettes en bois.

Étape 5 : rempoter les boutures réussies

Quand vous voyez que la bouture fait de nouvelles pousses, cela veut dire que les racines se sont développées et que la bouture a pris. Vous pouvez alors ôter la cloche de plastique et vous pouvez transférer chaque bouture réussie dans un pot plus grand avec un terreau plus nutritif cette fois et toujours dans un pot drainé.

Pour que la plante se ramifie vous pouvez « pincer », c’est-à-dire couper les extrémité des tiges du rameau, en les pinçant entre les ongles du pouce et de l’index.

Méthodes alternatives de bouturage

On peut aussi la mettre en pleine terre ou dans un bac à l’extérieur en veillant à ce que la plante ne manque pas d’eau. Le taux de réussite est moindre mais ça peut fonctionne quand même.

On peut aussi faire des boutures dans l’eau : comme précédemment, on habille le rameau et ensuite on le plonge dans l’eau. Il faaut changer l’eau tous les 4-5 jours environ. C’est la  méthode la plus simple pour bouturer des tiges herbacées comme la menthe, la mélisse ou encore le basilic ou le shiso.

Les autres tâches à faire au potager de balcon en septembre

  • Vous pouvez éclaircir les semis que vous avez fait au mois d’août
  • Évidemment les récoltes d’été se poursuivent au fil des arrivées à maturité.
  • Pour prolonger les récoltes de tomates, c’est le moment d’effeuiller les pieds de tomates pour favoriser le mûrissement des tomates restantes.
  • C’est aussi le moment de récolter les graines de capucines, soucis, œillets d’inde et bourrache et de tomates.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *