Vinaigre de feu (Fire Cider)

Un remède pour l’hiver (et un assaisonnement)

Longtemps j’ai considéré que manger était avant tout un plaisir (ça le reste, je vous rassure) sans me soucier de nutriments, vitamines, fibres, index glycémique et j’en passe. Et puis la vie fait que j’ai du revoir en profondeur le contenu de mon assiette et j’ai commencé à considérer mes repas différemment : toujours un plaisir mais surtout l’occasion de nourrir vraiment mon corps et de lui apporter ce dont il a besoin pour fonctionner au mieux et que je puisse vivre ma vie pleinement.

Pas de « superfoods », baies exotiques ou autres algues miraculeuses, juste des tonnes de légumes, les plus variés possibles, des protéines de bonne qualité, des fruits, de l’huile d’olive… Mon idéal serait que l’alimentation soit mon seul médicament, miser au maximum sur la prévention et me contenter de ce que l’on trouve dans la nature pour les petits pépins et autres embêtements saisonniers ! Et garder la médecine allopathique pour les gros pépins.

Bref apprendre encore et toujours ce que la nature peut nous offrir pour une vie en pleine santé et plus autonome. C’est dans cet esprit là que j’ai eu envie de tester de vinaigre de feu – ça et le fait que je suis immédiatement dit que ça devait être super bon comme assaisonnement !

Qu’est-ce que le vinaigre de feu et quelle est son origine ?

Le vinaigre de feu est un mélange de vinaigre de cidre, d’ail, d’oignon, de gingembre et autres herbes qui boostent le système immunitaire.

Il a été imaginé dans les années 1970 par Rosemary Gladstar, une herboriste-phytotherapeuthe américaine. Il s’inscrit dans la tradition des vinaigres aux propriétés médicinales comme l’oxymel d’Hippocrate, un mélange de vinaigre et de miel dans lequel on infuse des herbes ou encore le vinaigre des 4 voleurs, infusés aux herbes médicinales et dont la légende dit qu’il aurait protégé des voleurs détrousseurs de cadavres lors des épidémies de peste au 17ème siècle.

 

Quels sont les ingrédients du vinaigre de feu ?

Ce que j’aime beaucoup avec cette recette c’est qu’elle utilise des ingrédients que l’on trouve facilement à l’épicerie du coin ou encore mieux au jardin (à l’exception du gingembre – quoique, vous pouvez toujours tenter de le faire pousser en pot ou même en pleine terre dans le Sud). C’est une préparation simple, pas trop intimidante quand on débute à peine dans le monde des remèdes à base de plantes.

Pour ma part j’ai utilisé de l’ail, de l’oignon, du piment, du gingembre et du romarin – je n’avais pas de raifort sous la main.

Quelles sont les propriétés du vinaigre de feu ?

Pour ce qui est de l’efficacité, pas d’étude à l’horizon pour prouver ses bienfaits (Qui veut financer une étude sur un remède maison ?). Il faut savoir que le vinaigre n’est pas forcément le solvant le plus efficace pour extraire les principes actifs des plantes comme l’explique Christophe Bernard du blog Althea Provence, à l’exception des alcaloïdes, comme la capsaïcine du piment – qu’on retrouve bien dans le vinaigre, je vous le confirme !
Le vinaigre lui-même a des propriétés intéressantes : il est anti-oxydant, anti-inflammatoires sans parler des bactéries probiotiques vivantes qu’il contient (à condition d’utiliser du vinaigre de cidre non pasteurisé) et les plantes utilisées

J’ai eu l’occasion de l’utiliser la semaine passée pour un épisode viral et l’effet réchauffant est immédiat et ça donne même un vrai coup de fouet qui booste bien – je précise que je ne bois pas de café.

La macération du vinaigre dure 1 mois, c’est intéressant d’en faire en automne pour l’avoir sous la main en hiver.

Comment utiliser le vinaigre de feu ?

Les plus motivés prendront un petit verre (format shot – soit 3 à 4 cl ) le matin (fini les matins paupières en panne, comme dirait Francis Cabrel) et ensuite en cours de journée si vous sentez le rhume qui pointe.

On peut aussi le diluer dans une infusion chaude.

On peut diluer le miel directement dans le vinaigre filtré ou l’ajouter au fil des préparations si vous le diluez dans une boisson chaude par exemple.

Je n’ai pas pu m’empêcher de le tester en cuisine et je l’ai trouvé délicieux dans la vinaigrette des carottes râpées, des betteraves, ou encore de la salade lentilles tièdes ou les légumes racines ou les courges d’hiver rôtis au four ou même pour remplacer la sauce mignonnette des huîtres (ou je suis maniaque des accompagnements pour les huîtres!)

Comme ça me faisait mal au cœur de jeter les herbes après la macération dans le vinaigre, j’ai ôté le gingembre (trop filandreux) et le romarin, j’ai ajouté 3 grosses pommes épluchées en petits dés, 1 poignée de raisins secs. j’ai cuit le tout 30 minutes puis j’ai ajouté 6 CS de miel. Puis j’ai mixé et passé au chinois et mis en pot comme de la confiture. Je pense utiliser ce chutney pour une sauce pour accompagner une viande.

 

Regardez comment faire cette recette

Imprimer
clock clock iconcutlery cutlery iconflag flag iconfolder folder iconinstagram instagram iconpinterest pinterest iconfacebook facebook iconprint print iconsquares squares iconheart heart iconheart solid heart solid icon

Vinaigre brûlant (Fire Cider)


Description

Un remède réchauffant, antiseptique qui peut aussi servir d’assaisonnement


Ingrédients

Proportions

Pour un bocal type Le parfait d’un  litre (et 2 bouteilles de 30 cl une fois filtré) , il  faut

  • 120 g d’oignon (2 ou 3 oignons suivant la taille)
  • 120 g de gingembre
  • 50 g de piment (environ 6 piments)
  • 75g d’ail (67 gousses)
  • 3 branches de romarin
  • 65 cl de vinaigre de cidre bio non pasteurisé
  • 4 CS de miel liquide

Instructions

  1. Éplucher l’oignon et l’ail
  2. Couper l’oignon en gros dés et les gousses d’ail en 2
  3. Si les piments sont très forts, vous pouvez les épépiner et enlever la partie blanche qui est la plus forte
  4. Couper le gingembre en rondelles
  5. Mettre toutes les herbes et aromates dans le bocal
  6. Recouvrir de vinaigre
  7. Fermer le bocal hermétiquement et attendre 4 semaines.
    Si cela vous démange vous pouvez le remuer de temps en temps ou comme, moi l’oublier dans un placard.
  8. Au bout de 4 semaines, filtrez le vinaigre.
  9. Ajoutez le miel , bien remuer pour le dissoudre et mettre le tout en bouteille.

Notes

Le changement de couleur est dû à l’effet de l’acidité qui altère la couleur des aliments. Il se peut même que l’ail devienne bleu sous l’effet de l’acidité, ne vous inquiétez pas c’est une réaction chimique possible mais sans danger

Vous pouvez utiliser d’autres ingrédients aux propriétés antiseptiques et/ ou antiinflammatoires comme le thym, l’hysope, le laurier, la sarriette ou l’origan. Et encore le curcuma,  le raifort (que l’on retrouve dans la recette originale), la cannelle ou le clou de girofle

  • Préparation: 10
  • Catégorie: Remède
  • Méthode: Macération

Mots clefs: Remède, Vinaigre medicinal

Pour d’autres idées d’herbes et médicinales à mettre dans le vinaigre :

Portez-vous bien !

11 réflexions sur « Vinaigre de feu (Fire Cider) »

    1. Jessica Kroon Auteur de l’article

      Je pense que oui mais je n’ai pas testé. Il faut simplement que tu vérifies le pH de ton vinaigre maison qui doit être suffisamment acide (2-3 au maximum)

    1. Jessica Kroon Auteur de l’article

      Je pense que oui ! D’ailleurs j’essaierai à la rentrée car j’ai laissé du kombucha dans ma cuisine avant de partir en vacances

  1. Hugo

    Salut, j’ai commencé cette recette mais je me pose une question, je peux le laisser dans une pièce à l’ombre ?
    PS : je n’ai pas mis de miel car je suis végan, des alternatives végétales ou il faut vraiment que ce soit du miel ?

    Répondre
    1. Jessica Kroon Auteur de l’article

      Oui, tu peux le laisser sans problème à l’ombre ou même dans un placard (personnellement j’ai tendance à oublier mes préparations si je ne les ai pas à vue, mais c’est personnel ^^)
      Le miel apporte ici tous ses bienfaits santé – que n’ont pas les autres produits sucrants – mais si tu n’en consommes pas tu peux bien sûr l’omettre ou le remplacer par un autre produit sucrant de ton choix.

  2. arragon

    Bonjour, je viens de faire la recette résultat dans 4 semaines en ce moment j’arréte pas de faire des test ….Tout autre chose la j’attaque des crépes…Bonne soirée.

    Répondre
  3. Valérie

    Bonjour Jessica et merci pour cette recette ! Je suis toujours à la recherche d’astuces simples (et saines) pour me donner un petit coup de tonus quand je sens le rhume arriver…
    J’ai deux questions: 1. est-il facile de trouver du vinaigre de cidre non pasteurisé ? Je n’ai pas encore fait attention en magazin mais spontanément, j’aurais dit que la plupart sont pasteurisés…
    2. entre nous, est-ce facile de boire son petit verre de vinaigre de feu sans s’étrangler ;-) Je ne suis pas la plus courageuse quand il faut avaler la pilule amère (ou acide…) ?
    Amicalement
    Valérie

    Répondre
    1. Jessica Kroon Auteur de l’article

      Pour ce qui est du vinaigre, dans les magasins bio on trouve sans problème du vinaigre non pasteurisé. Une vinaigre dans lequel une mère commence à se former (parfois c’est simplement un léger voile) n’est pas pasteurisé.
      Pour ce qui est d’avaler le vinaigre, c’est une question de goût et d’habitude, clairement ça dépote pas mal – et si on ne supporte pas le piment, il faut éviter. Après on peut aussi le diluer dans l’eau ou dans une infusion.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recipe rating