Gelée de mûres sauvages à la pomme

Une recette inratable pour une gelée aux mûres sauvages et pommes parfumée et parfaitement prise

Les mûres ce sont mes premières cueillettes sauvages et elles ont une place particulière dans mon cœur ! Je me souviens que toute petite, j’étais fascinée par ces petites bulles noires et juteuses qu’on obtenait souvent au terme d’une balade en vélo ou d’une marche au milieu des champs. Il paraît que je réclamais souvent à aller les ramasser.

Depuis j’ai diversifiés mes cueillettes de plantes sauvages (ma grande passion avec le jardinage et la fermentation) mais je garde toujours une tendresse particulière pour la cueillette des mûres, et puis c’est souvent un bon moment partagé avec les enfants : on rentre des griffures plein les bras et les jambes mais heureux et repus !

Il y a quelques années, les mûres ont même sauvé notre retour de vacances : la voiture de location a rendu l’âme au milieu de nulle part un dimanche midi. Les haies bien garnies en mûres nous ont permis d’attendre sans – presque aucun – pétage de plombs, l’arrivée du dépanneur 4 heures plus tard. On est arrivé super tard à la maison mais en taxi et avec de quoi faire des confitures. Mon grand m’en parle encore souvent !

Pourquoi tester cette recette de gelée mûre -pomme ?

Un bon moment partagé avec des proches, puis mettre un peu d’été en bocal pour se replonger dans ces bons souvenir l’hiver venu, ça me semble être des raisons suffisantes, mais je vois au moins 2 autres bonnes raisons de s’y mettre :

  • Les mûres sont gratuites  et si tu débrouilles pour récupérer des pommes tombées (avec l’autorisation du propriétaire, bien sûr!), tu prépareras une confiture raffinée pour 3 fois rien (et un petit pas de plus vers l’autonomie alimentaire)
  • Et puis tu auras la grande satisfaction du fait maison – si tu lis ça j’imagine que tu sais de quoi je parle – qui je trouve est encore plus grande quand on réussit à obtenir cette texture dingue d’une gelée, le tout de manière parfaitement naturelle. Je ne sais pas toi mais moi à chaque fois, je me sens un peu alchimiste des fruits (et du sucre)

Confiture VS Gelée de mûres quelle est la différence ?

Mais au fait en quoi elle diffère vraiment d’une confiture, cette gelée de mûres ?

Dans la confiture on utilise :

  • soit le fruit entier et dans le cas des mûres ça veut les pépins et franchement il y a en beaucoup – bien plus que dans leurs cousines des framboises par exemple et à mon avis ça gâche le plaisir.
  • soit la pulpe du fruits et dans ce cas pour retirer les pépins il faut une machine (encombrante, produite à l’autre bout du monde et dans tous les cas, produite et qui a donc demandé un bonne dose de CO2 pour exister) ou un outil plus rustique (comme un presse purée manuel) mais là c’est vraiment un tannée.

Après des années à faire ça, je me suis lancée dans la gelée et c’était beaucoup, beaucoup moins pénible et en plus j’adore cette texture gélifiée, parfaitement lisse et le goût bien au rendez-vous.

Pour faire la gelée, on fait cuire les fruits dans de l’eau puis on récupère le jus que l’on cuit avec du sucre et du citron et c’est là que la magie opère, à condition de respecter quelques règles concernant les ingrédients.

Les ingrédients de la gelée de mûres

Les mûres

Idéalement pour cette recette, il faut des des mûres bien mûres (!) et juteuses : elles sont bien noires et les « bulles » (en réalité chaque petite bulle est un fruit) sont bien gonflées.

Celles qui sont encore rouges ne sont pas mûres et sont très dures. Toutes les mûres n’arrivent pas à maturité au même temps, ce qui est chouette c’est qu’on peut faire plusieurs cueillettes au même endroit au fil des semaines en général d’août à septembre, suivant les régions.

On peut aussi congeler les mûres au fil des cueillettes et faire la gelée quand on en a suffisamment sous la main.

Et pour des raisons sanitaires, il vaut mieux cueillir les mûres à plus de 50 cm du sol pour éviter tout risque de contamination par l’echinococcose. Pour en savoir plus, je t’invite à consulter ces recommandation sur les précautions à prendre pour les cueillettes sauvages.

 

Les pommes

Les premières pommes – qui arrivent à maturité fin aout-début septembre, c’est-à-dire en même temps que les mûres, sont parfaites pour ça. Quand je suis à la campagne et qu’il a un verger à proximité, je ramasse les premières pommes tombées, elles sont souvent véreuses et sont encore verts. J’ôte les parties véreuses, toute en essayant de conserver un maximum de loges et de pépins car ce sont les parties les plus riches en pectine.

Le citron

Il est indispensable dans la recette car c’est lui qui apporte l’acidité nécessaire à la prise de la gelée.

Le sucre

En général, pour les confiture, j’utilise du sucre blanc cristal pour conserver au maximum la couleur des fruits. Le gelée est très foncée, tu peux utiliser du sucre blond ici. Ici, le sucre brun va modifier le goût de la gelée.

 

Quand préparer la gelée de mûres ?

A la période des mûres dans ta région entre début août et fin septembre suivant la région et les années. Avec des mûres congelées, je dirais en début d’automne. Il ne faut pas trop attendre parce que les pommes perdent un peu de leurs qualité et que la gelée est mieux prise avec des pommes vertes (pas mûres, donc)

 

 

Comment manger la gelée de mûres sauvages à la pomme ?

Grâce à sa consistance, elle est parfaite sur les tartines, ou les crêpes et aussi avec le fromage comme les fromages de brebis ou les tommes de chèvre.

 

Questions fréquentes

Puis-je réduire la quantité de sucre ?

C’est le trio pectine / sucre et acidité qui permet à la gelée de prendre. Si l’un des 3 manque à l’appelle, il est fort probable que la gelée de prendre pas.

Pour atteindre le point de gélification, il faudra faire évaporer plus d’eau et donc cuire la gelée plus longtemps pour au final obtenir la même concentration en sucre. Tu auras alors moins de préparation à mettre en bocal et moins de goût aussi du fait de la cuisson plus longue. Je te le déconseille.

Cette gelée comme la confiture traditionnelle est une sucrerie et elle ne compte pas dans les portions de fruits et légumes.

C’est ce qui lui permet de très bien se conserver. Hors du réfrigérateur et à l’abri de la lumière tu pourras la garder 2 ans. Après ouverture, mets la au réfrigérateur et mange-la sous 15 jours en évitant de mettre des impuretés dans le bocal comme des miettes de pain.

Puis-je utiliser un autre sucre  que le sucre blanc ?

Avec du sucre blond, c’est parfait aussi.
Je n’ai pas testé avec des sucres bruts. Le résultat risque d’être moins satisfaisant (couleur et goût différent du sucre lui-même).

Peut-on utiliser d’autres fruits ?

Tu peux utiliser la même recette pour des framboises ou des baies de sureau noir seules ou mélange avec les mûres. C’est délicieux !
Pour la pectine, les pommes sont indispensables. On peut éventuellement les remplacer par des coings, mais ils arrivent à maturité plus tard que les pommes et ils donnent un goût plus marqué à la gelée. Il faudra les cuire plus longtemps aussi et cela risque de faire perdre du parfum aux mûres. Bref, les pommes, c’est bien !

Et si tu veux tester d’autres recettes de gelées de fruits, tu trouveras les recettes suivantes sur le blog.

Gelée de coing parfumée à la rose
Gelée antigaspi aux épluchures et trognons de pommes

 

Imprimer
clock clock iconcutlery cutlery iconflag flag iconfolder folder iconinstagram instagram iconpinterest pinterest iconfacebook facebook iconprint print iconsquares squares iconheart heart iconheart solid heart solid icon

Gelée de mûres sauvages


  • Auteur: Jessica
  • Total: 1 hour 15 mins
  • Pour: 3 bocaux de 250 ml 1x

Description

Une gelée bien prise qui combine 2 fruits de la fin d’été : les mûres et les premières pommes encore un peu vertes


Ingrédients

Proportions
  • 700 g de mûres
  • 500 g de pommes vertes (pas mûres)
  • 750 g de sucre cristallisé (environ)
  • Environ 1 litre d’eau
  • 1 jus de citron

Instructions

  1. Laver les mûres rapidement à l’eau froide. Laver les pommes, ôter leurs pédoncules et les restes de la fleur en dessous. Les couper en grossièrement en quartiers, puis chaque quartier en 2. Veiller à garder les pépins et leur loge car c’est là que se concentre la pectine qui va permettre à la gelée de prendre.
  2. Mettre les mûres et les pommes dans une casserole et les couvrir d’eau froide. Porter à ébullition. Quand le mélange bout, réduire le feu et laisser cuire en frémissant pendant 20 minutes et en couvrant au bout de 10 minutes de cuisson.

  3. Ôter les morceaux de pommes. Filtrer le jus, si possible dans une étamine à confiture, ou à défaut dans un tamis ou une passoire très fine. Laisser égoutter de 2 à 4 heures voire toute la nuit (dans ce cas mettez le jus et les fruits au frais après 1 ou 2 heure d’égouttage) en pressant légèrement.
  4. Mesurer le volume de jus obtenu : on ajoute ensuite au jus 1 gramme de sucre par millilitre de liquide. Pour 750 ml de jus, j’ai utilisé 750 grammes de sucre. Mélanger pour dissoudre le sucre. Laisser reposer au frais de 6 à 12h.
  5. Le lendemain, ajouter le jus de citron. Porter à ébullition, d’abord lentement en remuant pour dissoudre complètement le sucre. Puis augmenter la chaleur jusqu’à l’ébullition et enfin laisser frémir pendant 15 minutes. Il n’est pas nécessaire d’ôter l’écume sur le dessus de la confiture en cours de cuisson, elle va disparaître toute seule en fin de cuisson (et elle contient la pectine qui constitue la gelée). On peut simplement ôter les impuretés (pépin de citron ou de mûre)
  6. Pendant ce temps, stériliser les pots : les laver puis les mettre à sécher, ouverture vers le bas sur la grille du four à 150°C pendant 10 minutes. On peut aussi les mettre à bouillir avec un peu de vinaigre ou d’acide citrique pour éviter les dépôts de calcaire et les mettre à sécher sur un torchon propre. Ils doivent être secs au moment du remplissage.
  7. Vérifier que la préparation a atteint le point de gélification en versant une goutte de gelée sur le rebord d’une assiette préalablement réfrigérée. Si la goutte fige au contact de l’assiette, arrêter la cuisson, sinon, la prolonger un peu et refaire le test. Avec un thermomètre on peut vérifier que la température atteint 106°C, et dans ce cas, la gelée est prête à mettre en pots.
  8. Remplir sans attendre les pots stérilisés à l’aide d’une louche. Un entonnoir à confiture est bien pratique pour éviter les bavures. Boucher les pots avec leurs couvercles. On peut les retourner tête en bas pour éviter la condensation dans le couvercle pendant une quinzaine de minutes.

Notes

Un petit temps de maturation (quelques semaines) laisse le temps aux confitures de développer leurs arômes. Patience !

La confiture se conserve 2 ans à l’abri de la lumière et à température ambiante.

La conserver au réfrigérateur après ouverture.

  • Préparation: 30 mins
  • Cuisson: 45 mins
  • Catégorie: Confiture

Mots clefs: Gelée de mûres et pommes vertes

2 réflexions sur « Gelée de mûres sauvages à la pomme »

    1. Jessica Kroon Auteur de l’article

      Mais oui ! C’est pour ça que j’ai ressorti et « depoussiéré » cette ancienne recette du blog ! A vos bocaux les gourmands !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Recipe rating